• Mauléon doit délibérer contre Linky !

     

    Après avoir reçu un nombre significatif de lettre d'habitants demandant au conseil municipal de délibérer contre l'installation des Linky (le maire en avoue 75), le premier magistrat a décidé d'entendre Enedis et le Collectif anti-Linky pendant une demi heure chacun avant la prochaine réunion du Conseil.

    Voici la lettre que le Collectif a adressée aux élus de la ville (par ses propres moyens puisque, comme vous le comprendrez en lisant cette lettre, les services de la mairie ne pouvaient nous assurer de sa bonne distribution).

    Mauléon-Licharre, le 25 juin 2018

    Madame, Monsieur,

        La copie de notre lettre au Maire de Mauléon ci-jointe* a été déposée en Mairie de 28 mai puisque nous pensions alors que ce serait la manière la plus sûre et rapide de l'adresser à tous les conseillers. Ayant remarqué jeudi 7 juin qu'elle n'avait pas été acheminée, nous nous en sommes émus auprès de Mme la Directrice des services qui nous a assuré qu'elle vous serait remise lors de la réunion du conseil municipal du 18 juin. N'ayant pas réussi à savoir avec certitude que ce courrier vous ait bien été distribué, nous vous l'adressons aujourd'hui par courrier postal. Veuillez nous excuser de cette intrusion dans votre sphère privée mais de cette façon nous serons ainsi certains qu'elle vous sera parvenue.

        Nous profitons de cette correspondance pour vous soumettre quelques remarques que nous inspire la proposition de Monsieur le Maire lors de cette dernière réunion du Conseil. Il aurait déclaré que le collectif anti-Linky de Soule disposerait d'une demi heure pour expliquer son point de vue, tout comme les représentants de la société anonyme Enedis. Cela nous choque quelque peu. En effet, on croit voir là une mise à l'examen devant jury, un peu comme si nous étions considérés comme une entreprise désirant vendre sa marchandise. C'est peut-être ce que viendront faire les cadres de Enedis qui sont rémunérés pour le faire. Nous, par contre, ne sommes que de simples habitants de Soule qui avons dû enquêter longuement en prenant sur notre temps libre afin de devenir capables de dévoiler à nos voisins ce qui dans le projet Linky pouvait être nuisible pour leur vie.

        Nous sommes honorés d'être invités à nous exprimer devant le Conseil municipal mais il nous semble qu'il y a méprise sur la forme. Nous désirons partager avec vous le fruit de nos recherches et non pas concourir pour savoir qui sera le meilleur.

        A chaque fois que nous avons rencontré un conseil municipal (une douzaine jusqu'à présent), la rencontre a duré au moins une heure. C'est la raison pour laquelle, dans notre lettre ci-jointe, nous demandions au maire d'être reçus une heure avant la réunion du Conseil.

        Ne souhaitant pas abuser davantage de votre temps, nous terminerons ici nos remarques laissant l'exposé de nos arguments pour une rencontre que nous souhaitons aussi proche que possible. Notre but est, sans ambigüité, de vous demander de prendre un engagement d'opposition ferme à l'installation de ces compteurs qui sont avant tout des capteurs de données et des télécommandes qui cherchent à subtiliser le pouvoir de décision aux usagers de l'électricité dorénavant nommés “clients“, cela ne vous aura pas échappé.

        Une fois connectés, tous les logements le seront pour toujours alors que l'on est aujourd'hui dans l'impossibilité de connaître tous les développements futurs d'un tel dispositif et leurs conséquences.

        Un dernier mot, toutefois, pour dire que nous trouvons plus qu'inquiétante l’attitude des pouvoirs publics qui montrent un grand mépris pour les décisions prises localement dans l'intérêt général. Nous pensons que lorsqu'une décision est prise par un conseil municipal, elle reste moralement puissante, même si elle doit finir par être considérée comme non valable et ceux qui l'ont prise déclarés “incompétents“.

    * Il s'agit d'une lettre adressée au maire demandant d'être entendu par le conseil municipal

    Nous n'avons pas reçu de réaction à ce courrier. Cette proposition, que nous qualifions de malhonnête, reste donc la seule qui nous soit faite…

    Le 16 août nous avons reçu confirmation écrite que le Collectif serait entendu durant une demi heure en marge du conseil municipal de septembre.