• La Cour des comptes critique le programme Linky

     

    En février 2018, la Cour des comptes publiait son rapport annuel dans lequel elles émettait des critiques du programme Linky

    Intégralité du rapport

    Article du Monde : La Cour des comptes dénonce le coût du programme Linky

    Cette institution émet des avis sur la base d'évaluation chiffrées. Ils ne sont pas obligatoirement suivis d'effets.
    Ce que l'on peut lire dans ce rapport est un reproche de manque d'efficacité du système proposé par Enedis. Ces critiques et recommandations, si elles sont prises en compte vont donc plutôt aggraver les nuisances d'un projet industriel que nous dénonçons (centralisation toujours plus grande des décisions, optimisation du pouvoir de manipulation sur nos choix de vie, dépendance accrue à l'électricité, tarifs inégalitaires, main-mise absolue du marché sur les flux d'énergie…
    On peut voir sur la réponse de la CRE ci-dessous comment ce rapport peut contribuer à accélérer la mise en place d'un réseau communicant plus efficace à nos dépends. Finalement les reproches de la Cour ne visent pas les objectifs mais seulement la mise en œuvre du système de réseau communicant.

    RÉPONSE DU PRÉSIDENT DE LA COMMISSION DE RÉGULATION DE L’ÉNERGIE
    (extrait, passages soulignés par nous-mêmes) 

    Au travers de son analyse, la Cour des comptes (ci-après « la Cour ») dresse le constat d’un investissement dont elle reconnaît la nécessité et l’intérêt pour l’ensemble des acteurs. Je partage pleinement ce constat. En effet, cette nouvelle génération de compteurs, grâce aux fonctionnalités définies en concertation avec les parties prenantes sous l’égide de la Commission de régulation de l’énergie (ci-après « la CRE »), est porteuse d’opportunités et s’inscrit dans un contexte d’évolution importante du marché de l’électricité et du marché de l’énergie dans son ensemble :

    • -  elle peut rendre possible le pilotage des équipements des consommateurs et contribue à la limitation de leur consommation pendant les périodes où la consommation est la plus élevée ;

    • -  elle peut simplifier la vie quotidienne des consommateurs (télé-relevé et interventions à distance) ;

    • -  elle peut aider à maîtriser leurs dépenses par la transmission d’informations plus précises et enrichies sur leur consommation réelle ;

    • -  elle permet aux fournisseurs de proposer des offres tarifaires adaptées aux besoins spécifiques de chacun, avec des prix différents selon les périodes de l’année ou de la journée ;

    • -  elle permet d’améliorer la performance et le service rendu globalement par le gestionnaire de réseau au bénéfice de l’ensemble des parties prenantes, notamment des consommateurs et des fournisseurs, en diminuant le coût des interventions, en facilitant certains actes, en permettant une meilleure connaissance du réseau et une meilleure anticipation des difficultés et une meilleure réactivité en cas de problème ;

              - enfin, les compteurs évolués constituent un élément essentiel du développement des réseaux électriques intelligents, les « smart grids ».

    Plus généralement, les compteurs évolués sont la pierre angulaire de la transition énergétique en permettant le comptage de l’énergie sur des plages horaires fines et un dialogue entre utilisateurs et fournisseurs. Ils sont la condition préalable indispensable au développement de l’autoconsommation ainsi que de solutions de stockage décentralisé et de pilotage des recharges des véhicules électriques, dont nous savons bien qu’ils construisent l’avenir de l’électricité.

    La CRE a défini les grands principes et les fonctionnalités des systèmes de comptage évolué pour le marché de détail, notamment dans le cadre de travaux menés au sein des instances de concertation impliquant l’ensemble des acteurs. Elle veille aujourd’hui à la mise en œuvre de ces fonctionnalités et a notamment émis des recommandations visant à utiliser de façon optimale le potentiel des systèmes de comptage évolué dans les délibérations portant recommandations sur le développement des réseaux intelligents du 12 juin 2014 et du 8 décembre 2016 (standardisation de l’interface téléinformation client (TIC), association des relais virtuels à des usages types).

    La CRE se félicite donc que la Cour mette l’accent sur les moyens de tirer tous les bénéfices du programme Linky, notamment par des actions de maîtrise de la demande d’énergie (MDE), de gestion des pointes de consommation et de développement d’offres différenciées. Elle entend participer pleinement à l’atteinte de ces objectifs.